Vous découvrirez dans Chat Alors,
tous les dangers qui menacent les chats dans la maison et au jardin

En vivant aux côtés des humains, les chats vivent dangereusement, entre circulation automobile, plaques électriques, raticides, plantes en tous genres,  peuvent lui être fatal, l’article Chat Alors vous explique tout.

Attention au jardin !

  • Piscine et étang non sécurisés, il peut leur arriver de tomber dedans par accident et ne plus pouvoir en ressortir.
    Ils nagent jusqu’à épuisement, jusqu’à en mourir noyés.
    Ainsi une rampe de sécurité et une alarme devraient être placées pour leur permettre de pouvoir ressortir en cas de chute.
  • On ne laissera traîner aucun arrosoir contenant de l’engrais ou de l’insecticide.
    Attention aussi au niveau bas de l’eau dans un arrosoir, un chat maladroit pourrait y passer la tête pour s’y abreuver et rester coincé. Il faut donc toujours bien remplir les arrosoirs.
  •  Attention également aux clôtures électriques mal posées peuvent présenter un danger de mort pour les chats et les petits animaux comme le hérisson. Les clôtures électriques (si elles sont nécessaires) doivent faire l’objet d’une surveillance accrue, le fil doit être positionné à 25 cm du sol au plus bas afin que hérissons, lapins, amphibiens et chats puissent circuler sans entrave.

             Pour de plus amples informations à ce sujet, voir la feuille d’informations
«Des clôtures sûres pour les animaux de rente et la faune sauvage»: www.protection-animaux.com/publications

 

Chat Alors ! 
les dangers qui menacent les chats

  • Antilimaces
    Les antilimaces usuels contiennent du métaldéhyde. Ingérée en grande quantité, cette substance est toxique pour les chats, les chiens et les humains.

    Si l’on en répand de façon clairsemée, conformément aux prescriptions, il n’y a guère de danger d’empoisonnement. Mais si le chat en consomme beaucoup d’un seul trait, en s’attaquant au paquet déchiré ou renversé, sa vie est en grand péril.

    La dose mortelle est de 0,2 gramme par kilo de poids vif.
    Pour un chat de 4 kg et avec 3% de métaldéhyde dans les marques connues sur le marché, il suffit d’environ 30 grammes d’antilimaces pour que mort s’ensuive.
    En conséquence, les antilimaces sont à proscrire absolument ou à utiliser avec la plus grande retenue; leurs emballages seront tenus à l’écart, en toute sécurité.
    Une option possible: recourir à un antilimaces à base de ferramol ou à des méthodes de lutte biologique (barrière à limaces, éloignement manuel des limaces).

Animaux venimeux :

Les insectes venimeux ou ceux qui piquent ont généralement une coloration jaune-noir avertissant les chats qu’ils ne doivent pas s’y attaquer.
Toutefois, il arrive qu’une guêpe ou un bourdon pique un chat.
Si c’est dans la région du museau ou du cou, il faut immédiatement consulter le vétérinaire, car l’œdème peut bloquer la respiration.
La peau des crapauds et des salamandres terrestres produisent des sécrétions toxiques.
Ainsi, si un chat tente de croquer ce genre d’animal, il bavera et aura des nausées qui l’éloigneront en principe de ces bêtes à l’avenir. Il n’y a donc pas de précautions particulières à prendre.

Poisons :

Il y a lieu de conserver généralement produits de nettoyage, boules de naphtaline, peintures, laques, médicaments, fertilisants et agents de protection pour plantes à l’abri des animaux et des enfants.

En principe, les chats sont plus sensibles que les chiens à la plupart des substances toxiques.
Leurs propriétaires doivent donc se montrer spécialement prudents.

Poison contre les rats et souris (mort-aux-rats) :

La plupart des raticides utilisés aujourd’hui et en vente libre contiennent des anticoagulants, autrement dit des inhibiteurs à la coagulation.

Il s’agit principalement de dérivés de la coumarine (Warfarin, Chlorophacinon, Coumafen, Diphacinon, Difenacoum, Difethialone, Diephenadion, Flocoumafen, Pindon, Brodifacoum, Bromadiolon).

Si les appâts toxiques sont correctement posés, ces produits n’atteignent que les rongeurs.
Mais utilisés incorrectement, ils causent souvent des empoisonnements de chiens, de chats et même d’enfants.
Les inhibiteurs à la coagulation entraînent des hémorragies internes, mais les symptômes (apathie, manque d’appétit, saignements des gencives, toux avec expulsion de sang ou diarrhée, etc.) ne sont pas reconnaissables avant 2 à 5 jours.

Les chiens et les chats s’empoisonnement directement par l’ingestion des appâts, mais ils sont aussi victimes par effet indirect, soit l’ingestion de souris et rats empoisonnés.

Mais le plus souvent, ces rongeurs se retirent dans leurs galeries lorsqu’ils ont mangé des appâts et sont alors inatteignables, tout au moins pour les chats.

Plantes toxiques :

Chasseurs dans l’âme, les chats ne se risquent généralement pas à grignoter les plantes toxiques dans le jardin.
Mais pour l’intérieur, il faut renoncer à choisir des plantes vénéneuses.
Ainsi, il peut arriver que les chats prennent des plantes pour de l’herbe et les consomment, pour exemple, les herbes de la Pampa ou le papyrus, dont les arêtes vives blessent les muqueuses, l’œsophage et l’estomac.

Les chats en rejettent ensuite des morceaux en un jet de salive teintée de sang.
Il s’agit donc d’éviter ce genre de plantes et, à titre de bonne alternative, on peut proposer de l’herbe à chat qui permettra de libérer des concrétions de poils dans l’estomac ou déclencher le vomissement.

Faire cohabiter félins et plantes, c’est parfois un défi !
Si les griffes et les dents affûtées de votre chat ne laissent aucun répit aux pauvres feuilles de vos plantes, ces dernières peuvent aussi nuire à votre matou.

En effet, certaines plantes toxiques risque d’altérer sa santé et peuvent même être mortelles.
Ainsi, mimosa, eucalyptus, crocus, sont interdits ! En revanche aucun risque avec les succulentes, fougères, plantes aromatiques…

Amies ou pires ennemies, le mieux est qu’il en reste loin pour éviter tout danger.

La liste des plantes toxiques pour le chat est longue.
Avant d’envisager de planter certaines plantes dans  votre  jardin, renseignez-vous sur les risques que les plantes concernées représentent pour votre félin.

Voici une liste non-exhaustive des plantes toxiques : 

Aconit – Aloes – Amandier –Amaryllis – Arum – Azalée – Buis – Caladium – Certains pommiers – Croton – Digitale – Dracaena – Eucalyptus – Feuilles de rhubarbe – Ficus – Fougère – Genevrier – Ginkgo – Gui – Hortensia – Houx – Hyacinthe – If – Iris – Jonquille – Laurier – Lys – Mimosa du Japon –Muguet – Narcisse – Thuya – Trèfle irlandais – Tulipe – Yucca

Dracaena plante toxique chat planete animale seignosse
aloe plante toxique chat
amandier toxique pour le chat
mimosa u japon plante toxique danger chats
Ficus plante toxique animaux planete animale

La Circulation :

Les accidents de la circulation sont de loin la principale cause de décès des chats âgés de moins de 2 ans environ.
Les plus âgés sont normalement plus prudents aux abords des routes mais peuvent aussi se faire écraser.

Les Insecticides :

Les chats sont extrêmement sensibles aux insecticides à base de pyrèthre ou de pyréthrinoïde (substances provenant de fleurs de chrysanthème).

La dose mortelle est, pour la plupart des pyréthrinoïdes, de 0,5-à 5 grammes par kg de poids vif.
Attention: comme ils y sont bien moins sensibles, des préparations à base de pyréthrinoïde sont proposées pour les chiens, afin de lutter contre les puces et les tiques.

Les sprays et colliers antipuces contenant de cette substance et destinés aux chiens ne doivent donc jamais être utilisés pour les chats.

En effet, la majorité des empoisonnements mortels chez les chats ont été causés par l’usage de préparations destinées aux chiens.

Le pyréthrinoïde est également très toxique pour les poissons et ne devrait jamais se retrouver dans l’eau !

Les produits de désinfection :

Comme ils ont des effets sur les insectes et les moisissures, les produits désinfectants à base de phénol (phénol, acide benzoïque, Hexachlorophène, Methylphénol = Cresol, Dimethylphenol – Xylenol) sont utilisés dans les produits de protection pour le bois, bains de développement, antiseptiques, savons pour lavage de la peau (savon à base de Cresol), shampoings, colorants pour cheveux et vermifuges.

Les chats sont très sensibles au phénol. Le contact avec cette substance peut entraîner des brûlures par acide.
La substance toxique atteint le foie, les reins, le sang et le cerveau.

Le Tabac :

La nicotine est hautement toxique.
Si des mégots de cigarette ou des feuilles de tabac traînent alentour, il peut arriver que des chiots en mastiquent et en ingèrent une dose mortelle.

Mais la prudence est également de rigueur pour les chatons!

L’Aspirine :

L’acide acétylsalicylique contenu dans l’aspirine et dans des antidouleurs comparables est toxique pour les chats.
Il leur suffit de 25 mg de cet acide pour 1 kg de poids vif pour que l’issue soit fatale.
La majorité des comprimés antidouleur pour les humains contiennent 300 ou 500 mg d’acide acétylsalicylique; autrement dit, un seul comprimé est déjà mortel pour un chat de 4 kg!

On ne doit jamais administrer aux animaux des antidouleurs destinés aux humains.

Huile de théier et autres huiles essentielles :

L’huile de théier, comme d’autres huiles essentielles d’ailleurs, contient un mélange de substances les plus diverses, dont la térébenthine.

La toxicité de ces substances ou de ces mélanges est insuffisamment connue, la prudence est donc de mise.
Il ne faut pas utiliser d’huiles essentielles pour les chats et veiller à ce qu’ils n’en ingèrent pas ni n’entrent en contact avec elles par inadvertance.

Les denrées alimentaires :

Café, thé et chocolat contiennent de la caféine et de la théobromine, qui sont très toxiques, principalement pour les chiens.

Il y a des cas exceptionnels où les chats sont moins sensibles, mais eux aussi ne devraient jamais consommer de ces denrées.

Ail, oignons et ail des ours
En cas d’ingestion chronique, ces plantes à tubercules causent de l’anémie (chats et chiens: dès 4 g/par animal/jour) ou suite à un empoisonnement aigu.

En raison de la forte odeur de ces plantes, les empoisonnements non intentionnels ne se produisent que rarement cependant.

Editeur: Protection Suisse des Animaux PSA, Dornacherstrasse 101, case postale, 4008 Bâle www.protection-animaux.com

La présente feuille d’information ainsi que d’autres sont à votre disposition pour téléchargement sous www.protection-animaux.com.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.