Les puces peuvent être responsables de Dermatite par Allergie aux Piqures de Puces (DAPP)

Pourquoi traiter les animaux contre les puces ?
Pour éviter en premier lieu la dermatose allergique,  la plus fréquente chez le chien et le chat.

Attention ! tous les chiens et chats qui ont des puces, n’ont pas forcément une DAPP.

Cette dermatose est due à l’exposition répétée de l’animal à des piqures de puces.
Les substances allergisantes sont contenues dans leur salive.

Chez les chiens ou les chats allergiques, peu de piqûres suffisent pour entraîner des lésions cutanées.
Aussi, l’animal sensibilisé par ces piqûres l’est pour toute sa vie.

La conséquence est l’apparition de signes cliniques dès que l’animal est de nouveau infesté par des puces.

Ces signes surviennent généralement en été et à l’automne, mais de nos jours tout au long de l’année en raison de l’absence d’hivers froids.

Chez le chien,

Les signes cliniques se manifestent principalement par des démangeaisons intenses et des dépilations du dos et de la queue, puis du ventre. Progressivement, des pellicules, des croûtes, un aspect gras et malodorant de la peau sont observés.

Chez le chat,

Les signes cliniques se caractérisent également par des démangeaisons  intenses et des petites croûtes sur tout le corps.
Il peut se produire des dépilations induites par un léchage prolongé, des plaques épaisses et jaunâtres sur le ventre et les cuisses.

Le diagnostic est fondé sur la connaissance du mode de vie de l’animal et de son environnement, la saisonnalité et les signes cliniques.
C’est pourquoi, un brossage régulier avec un peigne à puces permet de les visualiser.

Les puces peuvent transmettre certains vers :

Certains vers plats très fréquents chez le chien et le chat peuvent être transmis par les puces.
En effet, les anneaux de ces vers éliminés pendant la défécation libèrent des oeufs qui sont ensuite ingérés par les larves de puces, coprophages.
Ces oeufs évoluent en larves chez la puce adulte qui est ingérée par le chien ou le chat en se léchant.

La conséquence majeure est l’obligation de traiter les animaux contre les puces dès lors qu’ils présentent ces vers.

Il ne se gratte pas, il n’a pas de puce : faux !

Donc un chien ou un chat qui ne se gratte pas ne veut pas dire qu’il n’héberge pas nécessairement de puces.
Tout dépend de sa sensibilité.

Certains chiens et chats sont d’ailleurs plus sensibles que d’autres et peuvent développer une réaction allergique à la piqûre de puce.

Outre les démangeaisons, les puces peuvent également transmettre des maladies (virus et bactéries).
Comme le ténia, si la puce est porteuse de Dipylidium caninum, que l’on appelle aussi ver solitaire.

L’animal va l’ingérer tout simplement en se léchant et peut à son tour le transmettre.

Un animal mal protégé et infesté par les puces risque pour sa santé.
Il faut alors le débarrasser des parasites, le soigner, avant de passer à la prévention.

Anti-puces, antiparasitaire et inspection régulière pour lutter efficacement contre les puces

Ainsi, l’utilisation régulière d’un anti-puces ou d’un antiparasitaire qui permet de lutter aussi contre d’autres hôtes indésirables est nécessaire.

Attention, on ne doit pas utiliser n’importe quel traitement n’importe comment.

En fonction de l’espèce, tout d’abord.
Car certains antiparasitaires pour chien ne doivent pas être utilisés chez le chat.
Et à utiliser  avec précautions si chien et chat cohabitent ensemble.

De même, l’âge du chien ou du chat mais aussi son poids détermine le type de traitement à utiliser.
Il existe des traitements pour chiots ou chatons alors que les produits pour adultes ne conviennent pas aux animaux en bas âge.

Le shampoing anti-puces pour chien et chat a pour sa part une action immédiate, mais ne permet pas d’assurer une protection.

En effet,  une bonne application d’un anti-puces pour chien ou chat ou d’un antiparasitaire est la clé d’une bonne protection.
Le traitement est à renouveler régulièrement. Et tout au long de l’année, y compris chez les animaux qui ne sortent pas ou peu.

Puces : une bonne hygiène de la maison et de l’environnement du chien et chat

Une inspection régulière du chien ou du chat permettra de s’assurer de l’absence de puce.
Le cas échéant, il sera aussi possible de traiter l’environnement à l’aide d’un aérosol Fogger.

Dans tous les cas, le passage de l’aspirateur, le lavage du coussin de l’animal, etc. permet d’éviter la prolifération des puces.